"Être plus Français que les autres"

Publié le 2 Novembre 2009



L'UMP essaie de récupérer, une fois de plus, les électeurs d'extrème-droite. Mais c'est l'inverse qui a l'air de se passer les débats sur l'Identité Française permettant à Marine Le Pen d'être sur le devant de la scène. Ce matin elle était d'ailleurs l'invitée à Télé-Matin.

Pour certains surjets on ne demande pas vraiment l'avis de ceux qui sont concernés.

Article de Rue 89 :
Identité nationale : « Comme un soupçon permanent sur nous »


Cette parole de Gilles :

- « Nos parents avaient intégré que la réussite sociale passerait par la réussite scolaire. On nous a dit : “Vous n'êtes pas tout à fait comme les autres, ce qui comptera, ce sera vos diplômes. Il vous faut encore plus de chances que les autres.” »




"L'indentité nationale n'appartient aux politiques. C'est comme l'histoire, il n'appartient pas aux politiques de s'en accaparer", a déclaré François Bayrou à l'AFP.

"C'est une identité toujours en construction. Elle est fondée pour nous sur des valeurs: liberté, égalité, fraternité en premier et intègre tous ceux qui avec le temps s'y rattachent", a fait valoir l'ancien ministre de l'Education en citant l'écrivain Ernest Renan qui la définissait comme "un plébiscite quotidien".




 

Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #démocrates

Repost 0
Commenter cet article

Hacène 03/11/2009 23:30


Il me manque la mouette !

 


Fanal Safran 04/11/2009 01:36


Ton gif n'apparait pas ! beau trio,

Et c'est plus confortable dans les nuages...hein, l'artiste






Hacène 03/11/2009 20:05



Si ça continue, je vais être élu visiteur le plus bavard de Fanal Safran ! On croirait pas comme ça, mais j'ai aussi un côté taiseux. Tu rigoles ? Tsssss. De toute façon, pff !  

PS : ne pas confondre pffffff avec pff !



Fanal Safran 03/11/2009 21:16


Taiseux ? comme ça alors pendant la sieste


et c'est peut-être Pzzzz


Hacène 03/11/2009 19:55


Tu sais, sur le fond, je suis d'accord. Bien sûr que les cultures sont importantes. Mais on parle ici de nationalités, d'une culture nationale. Si mes souvenirs sont bons (  ), on a pas hésité à laver la bouche au savon noir des uns et des autres pour créer cette culture uniformisée. J'adore m'intéresser aux
différentes cultures. Je suis un passionné de culture, histoire et littérature des Indiens d'Amérique du Nord, j'ai pas mal de bouquins sur le sujet. De même que sur les Berbères, puisque le hasard
(?) m'a amené à m'y intéresser. De même aussi qu'un intérêt pour le Sahara, depuis que je suis petit aussi (comme pour les Indiens). En m'intéressant à Théodore Monod, j'ai lorgné du côté du Sahel,
sans avoir franchi le cap de l'intérêt actif (mais Tierno Bokar et Hampaté Ba auront ma visite sans trop tarder je l'espère), j'ai quelques bouquins sur les Celtes, les Aborigènes, le chamanisme,
la Vendée et le Marais Poitevin... Les cultures sont importantes et intéressantes. Pour perdurer, il leur faut garder une certaine et relative imperméabilité entre elles. Ca reste vrai pour
beaucoup encore, quoi qu'on en dise, ça l'est un peu moins pour nous, pays occidentaux, qui mangeons un peu tous dans le même plat et la même chose en plus. Mais quand même un peu encore. Bon,
bref, on va pas épiloguer... J'aurais écouter avec intérêt ce type de débat si nos dirigeants, depuis des décennies, n'avait pas nivelé toutes les cultures de France et transformé en folklore de ce
qui état avant des traditions et de la vraie culture. Si l'on avait su rendre français, faire se reconnaître français des gens ayant des langues maternelles différentes, des manières de vivres
singulières, alors là, j'aurais écouter ceux d'en haut me dire ce que c'est d'être français. De mon côté, i sais pas si pourra vous'o dire... (orthographe très incertaine, hélas ! Mais après tout,
ce n'était qu'un langage parlé).  ;))


Fanal Safran 03/11/2009 21:01


"Ô m'fait beun piaisit'd'vouère tout thieu... "
mais avec un papa ch'ti, je ne parlais absolument pas le patois de l'ouest.

Bonne soirée
Dany


mathurine 03/11/2009 19:32


Je me retrouve bien dans ce que dit Hacene.Et je me dis aussi parfois que cette histoire de passeport europeen par rapport au passeport d'un pays africain,c'est comme les quartiers de noblesse par
rapport aux roturiers a une autre epoque...Je n'arrive pas trop a exprimer cela,mais au regard de l 'histoire universelle et de la justice de quel droit peut-on dire a quelqu'un"non,toi tu n as pas
le droit de vivre ou tu veux..."
Le raccourci est un peu audacieux,mais que sont nos frontieres quand tout est delocalise,mondialise.......?


Fanal Safran 03/11/2009 20:52


Tu connais la chanson "Etre né quelque part" ? Que choisit-on en fait ? Et encore le pire c'est quand un peuple prend la terre d'un autre peuple... mais là, on en fait aussi tout un livre, que
dis-je , ce à quoi je pense va aller sur des générations.La paix est-elle même possible ?
Bisous
Dany


Hacène 03/11/2009 18:03


Sûr, Dany, qu'il n'y a pas que la naissance. Mais en quoi le fait de s'abreuver à de multiples sources donne-t-il plusieurs cultures ? Je suis riche de toutes mes expériences, qui puisent un peu
partout. Il y a un siècle, dans une communauté donnée, on puisait tous à peu près aux mêmes endroits et on avait tous à peu près la même culture. Plus rien de tel actuellement. C'est pas mal,
franchement, on peut s'enrichir les uns les autres, même en étant proches les uns des autres géographiquement !
Comme Théodore Monod, ce cher Théodore, je me sens bien non pas dans le désert, que je n'ai pas fréquenté (pas encore, disons. On ne sait jamais), mais aux franges du désert, mais aussi dans les
forêts de cèdres, celles, moussues, de chênes et de hêtres, d'érables, en plaine et en montagne, bref sur Terre, quand les traces de ce qu'il y a de plus moche dans notre société sont invisibles,
ou peu visibles (pas souvent, c'est sûr).
Je ne suis que moi. Et franchement, de plus en plus, je me fiche bien d'être français. Et ne vois pas bien ce que cela pourrais bien vouloir dire. Il y a d'ailleurs belle lurette que les idéaux mis
en avant sont passés à l'as (ont-ils jamais été portés par qui que ce soit à un quelconque moment de notre histoire, pour de vrai, pour de bon, en dehors de mouvements qui ont fait avancer
certaines choses ?). La coercition est suffisante pour m'imposer des papiers et m'assigner une nationalité, mais à part la langue parlée (ce n'est pas rien, loin de là), je ne reconnais rien qui
ferait que je serais plus proche de mes voisins que de telle personne dans un pays proche ou lointain. Je me fiche bien des frontières, même si je suis obligé de faire avec. Et sans ces frontières
arbitraires (pas que pour ces pays colonisés), toujours venues d'en haut, chercherions-nous à savoir ce qui fait qu'il y a en moyenne moins de différence entre nous qu'il n'y en a en moyenne entre
chacun d'entre nous et chacun de ceux qui ne sont pas français ? Je me contente d'avoir des échanges avec certaines personnes, pas forcément représentatives du plus grand nombre (plutôt pas
d'ailleurs). D'où qu'elles viennent. Ces questions d'identité nationale, c'est pour moi un autre temps. Mais il est vrai que nos politiques sentent un peu le vieux, même les plus jeunes...  



Fanal Safran 03/11/2009 19:22


Je trouve important les différences de culture au contraire. Si je prends la culture Bamiléké,  c'est qualque chose. Il n'y a pas que la langue, cela va à l'esprit d'économie, de travail, du
village... cela a fait leur survie par rapport aux autres. Mais il me faudrait un livre pour en parler, pas un blog... et du temps pour connaitre d'autres cultures restées intactes. Pfffff, n'ai
plus l'âge pour ça.
Bises