Résistance du village des Boucholeurs

Publié le 12 Avril 2010

 

boucholeurs (10)Dans ce village d'ostréiculteurs et de gens de mer, ils sont décidés à résister. Pensez : on leur avait promis une digue depuis 1999 !

 

"Comment peut-on raser un village vieux de deux siècles ? "

 

Etudes à peine entreprises, sans concertation avec les habitants.

 

 

     boucholeurs (2)

 

 Ils ne comprennent pas non plus pourquoi leur village doit être rasé tout au long du front de mer et qu'aucune expropriation ne se fait dans des endroits touristiques comme à l'île de Ré. Pourquoi cette différence ?

 

Grosse manifestation ce matin et cet après-midi encore ils distribuent des bulletin pour une association de sauvegarde du village des Boucholeurs.

 

Résister. C'est leur mot d'ordre. 

 

 

bulletin-boucholeurs.jpg

 

 

 boucholeurs---14-.JPG   boucholeurs---11-.JPG

 

 

  Pour les aider imprimez le bulletin ICI

 

Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #Tempête

Repost 0
Commenter cet article

ANTIOCHUS 13/04/2010 08:19



Bonjour Dany,
Je viens de mettre un lien vers cet article très complet sur mon propre billet concernant la défense du village des Bouchôleurs ... Est-ce que tu étais à la manifestation ? J'ai appris trop tard
son existence
Antiochus



Fanal Safran 13/04/2010 17:45



Merci JC, mais la colère va vraiment gronder après la réponse donnée par Fillon. Voir nouvel article.



Dany de Fanal Safran 12/04/2010 20:58



suite revue de presse


http://www.leparisien.fr/faits-divers/xynthia-bussereau-reclame-une-etude-avant-toute-demolition-12-04-2010-883909.php


Alors que Nicolas Sarkozy a réaffirmé lundi matin sa volonté d'interdire la réinstallation des
victimes de la tempête Xynthia dans les «zones noires» où
elles seraient exposées à un «risque mortel», le président UMP du conseil général de Charente-Maritime, Dominique Bussereau, va déposer une «motion» adressée au président de la République pour «assurer la
protection des habitats».


http://www.leparisien.fr/faits-divers/zones-noires-des-sinistres-de-xynthia-vont-attaquer-l-etat-en-justice-09-04-2010-880412.php


En Charente-Maritime comme en Vendée, ils ne comprennent pas «l'arbitraire» de la cartographie et ne peuvent se satisfaire des indemnisations pourtant garanties par
l'Etat.



Dany de Fanal Safran 12/04/2010 16:23



En ajout : lien vers l'article de Sud Ouest de ce jour: http://www.sudouest.fr/2010/04/12/colere-orange-et-noire-63149-1391.php


Ce que dit l'article :


Le cortège s'est rassemblé sur la place du bourg avant de se diriger, dans le calme, jusqu'à Châtelaillon, accompagné de deux ostréiculteurs avec tracteurs et chalands. Les maires des deux
communes dont dépend ce village de pêcheurs durement touché par Xynthia, Jean-Louis Léonard (Châtelaillon) et Didier Roblin (Yves), étaient présents.


« Annulation pure et simple »


Selon la cartographie établie par la préfecture, sur les quelque 500 maisons des Boucholeurs, 200 seraient menacées, dont 80 en zone noire. Mais qu'on les dessine en jaune, orange ou noir, les
habitants ne veulent pas en entendre parler. « Endiguer, oui ; raser, non », proclamait une banderole. « On ne laissera pas détruire notre village », a martelé Michel Le Bozec. « On essaie de ne
pas se mettre en colère, on reste le plus calmes possible, mais on demande l'annulation pure et simple des décisions de l'État. » Des propos soutenus par Jean-Louis Léonard qui demande
l'application de la loi Barnier (lire en page Faits divers).


autre article:


http://www.sudouest.fr/2010/04/11/les-sinistres-de-xynthia-manifestent-aux-boucholeurs-62880-7.php


"Raser non, endiguer oui!", clamait une banderole brandie par des habitants. Le défilé a rassemblé entre 400 personnes, selon les gendarmes, et 600, selon l'association de
sauvegarde du village des Boucholeurs.

Selon la cartographie publiée par la préfecture de Charente-Maritime, "environ 80 maisons" des Boucholeurs (qui en compte environ 600) sont classées en zone noire (décrétée
inhabitable), a affirmé Michel Le Bozec, président de cette association. Les autres sont situées en zones jaune (la population peut y rester mais avec des "prescriptions claires") ou orange
(nécessitant une expertise complémentaire pour être classée en jaune ou noire). 

"On essaie de ne pas se mettre en colère, de rester le plus calme possible, mais on va demander le retrait pur et simple des décisions de l'Etat",  a indiqué M. Le Bozec,
précisant que des conchyliculteurs s'étaient également joints à cette manifestation. Fabrice Dykczyk, habitant dont la maison a été classée en zone jaune, a souligné qu'il "y a(vait) d'autres
solutions" que de raser les maisons, notant que la construction d'une digue reviendrait "moins cher que d'exproprier les gens". "La loi Barnier (sur le littoral) est de notre
côté", a-t-il ajouté, précisant que cette loi prévoit qu'il "faut d'abord voir s'il est possible de protéger avant d'expulser". 
"Orange, jaune, noire, on est tous là pour essayer de sauver notre village, c'est un village qui a plus de 150 ans", a-t-il conclu



orange sanguine 11/04/2010 20:46



et bien, ils ont bien raison de Résister !!! NO PASARAN !



Fanal Safran 11/04/2010 21:19



Ce ne sont pas de riches propriétaires mais des gens de mer. Des travailleurs. Si on détruit ce village, il va y avoir une colère terrible; Ils ont toujours su que la mer pouvait arriver...
dorment avec bottes et cirés au pied du lit depuis plusieurs générations. Mais les pieds dans l'eau, c'est le sort journalier d'un ostréiculteur. On leur laisse les cabanes ostréicoles (heureux
encore) mais on va raser les maisons à côté. D'un coup de crayon. Tu vois qu'un crayon peut faire pire qu'une guerre.