Région : Agriculture et Développement durable, l’impossible compromis ?

Publié le 23 Février 2010


Agriculteurs et Ecologistes :

l’affrontement permanent ou dialogue possible ?

Réunion Publique Citoyenne avec débat

Pamproux (79)

A 20h30 - salle de la Ferté

(face à la Pharmacie et du stade de football)

agriculture%202


En présence notamment de :

Jean Noël Debroise, Président de Génération Ecologie,
Nicolas Turquois, agriculteur dans la Vienne

Pierre Bureau
, Deux-Sèvres
Philippe Eon, Délégué Régional de CAP21, Mouvement écologiste de Corinne Lepage
Michel Amblard agriculteur, ancien président de la FDSEA 17, membre de la Chambre d’Agriculture 17.

Entrée et questions libres
Information : Michel Constantinidis 05 49 24 63 96

moisson

Portrait d'un agriculteur qui sera à cette réunion publique :

Michel AmblardMichel Amblard
Bois (proche de Jonzac) Charente-Maritime.

Né le 16 février 1957, marié, père de 2 enfants, je suis agriculteur depuis 1983 sur une ferme de 50Ha : vigne (cognac, pineau) et tabac blond, associé partiellement en SCEA avec un collègue (céréales, semences)

Mes engagements :
- Responsable syndical cantonal de la FDSEA depuis 1996
- Président de la FDSEA 17 de 2001 à 2007
- Elu Chambre de l’Agriculture 17 depuis 2007 (rapporteur commission territoire)
- Vice Président de l’EPLEFPA Georges Desclaude à Saintes depuis 2007
- Président d’association communale (1990 à 1995, depuis 2005)
- Conseiller municipal (de 1983 à 2001, depuis 2008)

Mes motivations :
Participer à la vie politique locale pour essayer de faire évoluer les choses.
Mes aspirations de démocratie et de défense des valeurs humanistes : le développement de la richesse de notre territoire, sa préservation écologique et son équilibre socio-économique doivent être le fruit d’une concertation permanente de ses habitants.
L’économie, mieux régulée, doit être un outil au service des hommes pour améliorer leur bien-être et non l’inverse, comme aujourd’hui, où le pouvoir politique déménage le territoire au profit d’intérêts extérieurs. Par exemple en ce  qui concerne la disparition des sous-traitants automobiles et aéronautiques, les difficultés en agriculture quant aux productions de lait et viande, la viticulture, la dégradation des zones humides, etc ...



Réservez votre soirée pour cette réunion publique à Pamproux.


Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #Régions

Repost 0
Commenter cet article

Hacène 27/02/2010 11:07


Au fait, les vignes, de mémoire, c'est 3% de la SAU pour 20% des produits "phytosanitaires" (comme on dit à la place de pesticides -c'est vrai que c'est moins vendeur).
Et en plus, il fait du tabac... Bref il donne à boire (alcool) et à fumer...   Je ne m'enlèverai pas de la tête
l'image de l'agriculteur qui me nourrit...  


Fanal Safran 27/02/2010 13:00


Maintenant ils traitent autrement, faut-il qu'ils le veuillent bien-sur.

T'es pas un peu utopique sur les bords ? Pas de vigne dans la région ? Moi c'est au maïs que je m'attaque, pas à la vigne. 
 
Allez, je vais te faire plaisir (mais pas à moi ) : la vigne dans notre région est en danger comme à l'époque du Phylloxéra, et rien à voir avec les traitements etc... et là, nos agriculteurs
seront dans une situation bien grave. De quoi se "casser", "pauvre" de nous.



Hacène 27/02/2010 11:04


Les solutions concrètes en matière d'agriculture sont assez simples, y compris à mettre en oeuvre (sur un temps assez long quand même, on change pas tout du jour au lendemain comme ça). Mais ça
irait contre tellement d'intérêts et surtout contre tant d'habitudes que même ceux qui en bénéficieraient en premier lieu (agriculteurs) freineraient des quatre fers... M'enfin peu à peu, ils sont
de plus en plus nombreux à aller dans cette voie. Une très bonne lecture d'un fin connaisseur, qui a d'excellents résultats en France et un peu partout dans le monde :


 


Je ferai une page d'info sur la question, avec quelques vidéos... 




Fanal Safran 27/02/2010 12:52


Très bien et merci de nous proposer de la lecture spécialisée sur le sujet.
Le monde agricole n'est pas assez protégé pour une nouvelle façon de faire (ou une ancienne, comme tuveux).

Il faut saluer ce genre de rencontre, écologie et agriculture;
Mais Jean-Noël Debroise est un écolo comme je les aime, qui analyse d'abord et qui fait ses conclusions ensuite. Nous avons eu aussi un débat et il a pu échanger sur un sujet "brulant" sur le
climat. Bernard et lui avaient la même démarche;.. des vrais scientifiques quoi. Pas toujours d'accord sur tout, mais l'échange était possible. On ne peut pas en dire autant de ceux
du GIEC où des écolos verts de peur.

Quand à mme Royal, aucun journaliste ne pense à lui demander d'où elle va tirer l'électricité pour ses voitures électriques. Pas des éoliennes !

J'ai rencontrer à nouveau Michel Amblard, et je vais faire un autre article pour ses propositions.



mathurine 23/02/2010 12:27


Bonjour,
J'attends avec impatience le compte-rendu,c'est un sujet crucial,loin des querelles partisanes,esperons-le.
Bises.


Fanal Safran 26/02/2010 09:01


J'ai revu Michel Amblard avant-hier soir à une réunion à Rivedoux. Non seulement c'est un homme charmant, mais d'une grande culture.
il m'a dit que la réunion à Pamproux avait été très bien. Je ferai un autre articles avec des propositions qu'il a pour l'agriculture.
Bises à toi.
Dany