Pensée post-tempête : identité littorale

Publié le 3 Mars 2010


En ces jours de tristesse, j'ai une pensée pour Emmanuel Lopez que nous avions rencontré à Fouras et qui nous avait parlé du Conservatoire de l'Espace Littoral. Il nous a quitté l'an passé.

Comme préface à un joli livre de photographies de littoral qu'il nous offrait après sa conférence , il avait écrit ceci:

Historiquement, le littoral, longtemps regardé comme un territoire résiduel et inhospitalier, voire dangereux, a été découvert par des artistes, peintres ou écrivains, qui l'ont littéralement "inventé" en faisant partager aux autres ce qu'ils ont pu créer ou y voir : des espaces originaux nés de la rencontre, toujours en mouvement, de la terre, de l'eau, du ciel, du vent et des traces du passé. .../...

Ces équilibres, dans un monde où le changement est permanent, sont fragiles. Ici comme ailleurs, la banalisations des paysages et l'appauvrissement des milieux vivants sont des menaces bien réelles
.


Alors comment avons-nous pu massacrer ces lieux par nos villes qui viennent droit jusqu'à l'eau, quitte à ce qu'une tempête nous donne une leçon d'humilité, La défense de ce paysage entre terre et mer est une nécessité. Que laissons-nous de sauvage dans notre paysage d'humains ?

Dans notre région nous avons cette chance de nous promener et de voir la rencontre des eaux de terre; comme celles de la Charente ou de la Sèvre Niortaise, avec l'infatigable oscillation de l'océan. Nous avons cette chance depuis notre enfance.

Protégeons notre littoral pour ne plus voir, en plus d'une tragédie,  des images comme celles-ci:

Charente-Marit-2 0472  Protection-nature 0477

Que préférez-vous comme lieu de promenade, l'image de droite ci-dessous, où l'image de gauche ?

Protection-nature 0473  conche-du-conseil-royan.jpg

Il est temps de repenser à la protection de notre région. Son climat est spécifique, sa nature aussi. Mais sans retourner aux temps anciens, nous avons le devoir de protéger la part sauvage de notre Bout du Monde.




Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #Charente-Maritime

Repost 0
Commenter cet article

Ventenac 03/03/2010 21:12



Bonjour Dany et à 100% avec toi et fauvette aussi. C'est le profit juteux qui est à l'origine de cette tragédie. Nous avons eu la même, ici, en terre d'Aude, en 99. Les permis de construire en
zone inondable sont aussi responsables.


Je pense que ce sont les citoyens à se mobiliser. Rien de tel par exemple qu'une bonne assos de protection du littoral pour contraindre les Politiques à plus de raison..., pour éduquer aussi et
informer, ne fût-ce que tous les retraités qui veulent s'installer en bord de mer et qui, présentement, payent un lourd tribut.



Fanal Safran 04/03/2010 12:51


Et une sorte de groupe qui penserait au situations spécifiques à la région.
On en parlera quand le deuil sera fait. On est encore dans l'émotion.


patriarch 03/03/2010 19:51


Je suis tout à fait d'accord avec toi. Bonne soirée. Bises !


Fanal Safran 03/03/2010 20:21


Merci Walter,
Il faudrait que les villes en dehors des ports, se mettent à l'écart du littoral. Il faut laisser la part mouvante à ce paysage.


Fauvette 03/03/2010 19:21



On nous a toujours dit que dans certains endroits il ne fallait pas construire, sur la côte charentaise et vendéenne... Tout le monde le savait.
J'en veux à ceux qui ont voulu faire du profit, j'en veux à ceux qui ont fait pression... J'en veux à beaucoup de monde;
Mais est-ce qu'un jour les choses vont enfin être dites au grand jour ? Certains devront assumer leurs actes.



Fanal Safran 03/03/2010 20:13


L'heure est encore au deuil, mais viendra celle de la colère, c'est presque certain.
Tant du côté du Gouvernement que du côté de la Région, tout était-il bien pensé pour la spécificité de notre coin de pays ? Par moment je me dis qu'on devrait tout changer.


Mike 03/03/2010 18:59


Saisissantes photos.
tu ressors bien le sens que peut avoir pour nous le vécu du contact avec ces côtes à travers ces témoignages d'artistes, comment il s'agit que nous tentions de vivre en harmonie
avec cette nature pour que quelque part nous formions un tout, que l'homme en soit le porte parole plutôt que son dominateur tout en profitant de ses bienfaits pour sa
santé.
Décidément, il faudra essayer d'aller découvrir plus avant cette belle région, que j'avais entre aperçu quelques jours en allant à la Rochelle et sur l'île de Ré, étudiant et campant dans la
voiture.
A+. 



Fanal Safran 03/03/2010 20:05


Merci encore Mike.
Ici nos marais valent aussi la peine de les visiter avec des yeux d'Amoureux de Nature. Mais l'humaniste que tu es le sais bien.