Panne d'essence

Publié le 3 Novembre 2009



Il faut être conscient des limites de nos ressources  fossiles.

Alors que la préoccupation environnementale doit se retrouver dans notre manière de vivre (problèmes de l’eau, de pollutions, de déchets… )  pris entre les  «climatécologues archi-alarmistes » et les « climatosceptiques » on est en train de se démotiver.


 

Ne peut-on pas nous prendre pour des adultes responsables et nous dire simplement « nous n’avons plus de pétrole » plutôt que nous parler de climat   

 
  Alors, si le refroidissement se produisait (cela nous est tout autant prédit que le réchauffement) nous pourrions  allègrement  ne rien changer de nos habitudes ?
 

Au début… et il y a encore pas si longtemps, je faisais confiance au GIEC

« Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuations. ».


Ainsi, en pleine « controverse », le GIEC est a priori  prié de considérer implicitement que l’activité « humaine » entraîne bien un « changement climatique » et que ce changement climatique fait effectivement courir des « risques ».

Exprimés sous une forme aussi contraignante, ces objectifs imposent de facto de considérer comme acquis les résultats qui justifieraient de les poursuivre !

Comment se fait-il que sa mission n’ait pas été « d’étudier d’abord l’éventuel impact de l’activité humaine sur le climat et, uniquement en cas de mise en évidence de cet impact, d’étudier ensuite les éventuels risques qui pourraient en découler pour, enfin, proposer des stratégies de gestion de ceux qui seraient avérés » ?


C’est ce qui a motivé les démissions de Richard Lindzen ,qui a démissionné du GIEC dès 2001 , de  Pielke Sr, Christy et Reiter qui ont considéré « que le processus est motivé par des objectifs  préconçus et qu’il est scientifiquement non fondé ».


Agriculture et environnement  Quelques lignes de l'article :

 

Le consensus mis à mal

Au cours des dernières années, la science du changement climatique a en effet été largement récupérée à des fins politiques. Le Giec s’est d’ailleurs privé de l’expertise de scientifiques de renommée lorsque ces derniers ne partageaient pas son orientation générale. A cet égard, le cas du Pr Paul Reiter est exemplaire. Après avoir été chercheur pendant vingt et un ans au prestigieux Center for Disease Control and Prevention (CDC) d’Atlanta, ce dernier dirige aujourd’hui l’unité Insectes et maladies tropicales de l’Institut Pasteur. Il est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la biologie des moustiques et de l’épidémiologie des maladies qu’ils transmettent (paludisme, dengue, fièvre jaune, etc...). Aussi aurait-on pu s’attendre à ce qu’il figure parmi les principaux auteurs du chapitre consacré aux impacts du réchauffement sur la santé humaine. Or, il n’en est rien. Le Giec lui a même préféré deux personnes dépourvues de compétences dans ce domaine. ....
...
Il y a eu cet article aussi 

et surtout cet autre article dont je vous donne le lien :

Prophétie en climatologie (quelques lignes) :

- "La prévision en changement climatique est sur le point de devenir sérieusement décalée. L'un des spécialistes en modélisation climatique mondiale a convenu jeudi que nous pourrions être sur le point d’aborder dix ou même vingt ans de températures fraîches [d’après les données cycliques, ce serait plutôt trente ans, ndt]." 

-" « Les gens vont raconter que c'est la disparition du réchauffement planétaire, » a-t-il regretté devant plus de 1.500 spécialistes climatologues des trois coins du globe, réunis à la Conférence mondiale sur le climat
de l'ONU à Genève"


-  "Je ne fais pas partie des sceptiques, » a insisté Mojib Latif de l'Institut Leibniz des Sciences Marines de l'université de Kiel, en Allemagne. « Mais, nous devons nous poser les questions emmerdantes, sinon d’autres personnes le feront. »"


Et que penser de la conclusion de « 4 Vérités Hebdo »


Tout ça est d’autant plus regrettable que les dispositions qu’entendent promouvoir les politiques sont précisément celles que suffit à justifier l’imminente pénurie des ressources énergétiques fossiles. 



Allons nous être assez responsables pour protéger notre planète et faire des économies d'énergie sans spéculer sur le climat ?






Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #énergies

Repost 0
Commenter cet article

Hervé Torchet 28/11/2009 22:50


Je trouve sain de ne pas se laisser enfermer dans les idées reçues. L'article de New Scientist repris par Alter-Info est assez accablant.


Fanal Safran 29/11/2009 13:12



Bonjour Hervé,

Parmi les lecteurs de Fanal, Hacène nous conseille de lire aussi ce qu'en pensent d'autres pays. Pour le Canada :
http://pouruneecolelibre.blogspot.com/2009/11/scandales-ethiques-chez-les-eco.html
Un pays où on ne peut plus avoir confiance en ses chercheurs, ce n'est pas possible. Il faudrait que les scientifiques aient le courage d'en parler eux-mêmes. A condition que leurs
publications soient acceptées. C'est ce que déplore le chercheur polonais Jaworowski par exemple. Ses articles, quand on les trouve, sont à lire absolument.

C'est quand même plus grave que les problèmes de sondages.
Bon dimanche Hervé et merci de ton passage sur Fanal Safran 
Daniielle



Hacène 09/11/2009 21:23


Les "carottes glacières" ?!! Celles qu'on emmène en pique-nique ?!    
Réchauffement ou refroidissement, c'est un peu glacière vs glaciaire !
Pas de panique, concernant ce dossier : les cons gèrent...    OK, je sors...


Fanal Safran 11/11/2009 09:38



Bof ....
au fait poste ton com seulement aujourd'hui, étais dans le 79 hier.
Bises





Hacène 09/11/2009 19:39


Quand j'habitais encore Paris, je me souviens avoir vu un bateau-mouche dont le nom était "Le Passons la monnaie" (vrai !). Ca me rappelle un peu ça...
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2878

Eh, Dany ! Si tu écris ainsi climatoseptique, c'est qu'il faudrait orthographier fosse sceptique : je vais finir au fond du trou, moi !   
Plus sérieusement, c'est quoi cette histoire avec Yves Lenoir ? J'ai lu son Climat de panique en 2001 et il est clairement un sceptique, comme tu le dis. Alors qu'est-ce qu'il raconte donc en
oubliant la banquise ? 


Fanal Safran 09/11/2009 20:15


Climatosceptique à copier en combien de lignes alors ? je tape trop vite et oublie mes ennuis dus à
une ancienne capsulite attrapée en soulevant un arrosoir d'eau de notre réserve d'eau de pluie... snif !  Il faudrait prévoir aussi un quart d'heure pour se relire et ne pas laisser
toujours ce boulot aux copains


Oui, tu parles de ce livre :



Cela dit ceci aussi :

Pourquoi craindre une montée des océans quand on sait que l'Antarctique a été peu sensible aux bouleversements climatiques du passé et que plus il fait chaud, plus
le Groenland accumule de glace?


Le retour du paludisme dans nos contrées accompagnerait le futur réchauffement? Mais il y en avait en Bresse durant le Petit Âge de Glace, quand le vin gelait en
cave durant l'hiver...
ça c'est pour les bienheureux du GIEC  ils nous auront bien fait rire quand même.

Il fait seulement trop confiance aux carottes glacières qui pourtant changeraient de structure avec le temps. Il faudrait que je retrouve cette analyse.

Ce que j'aime particulièrement chez Yves Lenoir, c'est qu'il n'est pas du tout pour l'éolien. Et il a du convaincre Corinne Lepage car elle a depuis peu cette position aussi.

Bonne soirée Hacène.


philippe 07/11/2009 08:47


L'écologie aujourd'hui est indispensable aux politiques , voilà pourquoi j'ai rejoind CAP21


Fanal Safran 07/11/2009 09:47


Salut Philippe,

Dans les années 90 j'étais dans la liste des sympathisants de Génération Ecologie. Les écologistes ont voulu se grouper pour les législatives de 93... et nous
avons eu les conséquences des erreurs de Verts et de leur extrèmisme, Protéger l'environnement faisait bien rigoler les gens. Nous n'aurions jamais du les suivre alors qu'ils provoquaient des
débordements, voir des violences chez Jean Lassalle pour le tunnel du Somport. Il y avait avec eux un groupe d'anarchistes et activistes et celà s'est soldé par plus de dix blessés, des champs
piétinés, alors que cette population est déjà si pauvre. Bref des débordements inadmissibles.  La suite : la bipolarité a été renforcée !!

Mon article :

Mon message n'est absolument pas un message de climatoseptique (j'ai pas voulu ) c'est "protégeons notre environnement sans spéculer sur le climat". D'autant que des chercheurs du GIEC sont en train de quitter le navire.  Ils
nous ont bien eu ceux-là !


 


Corinne Lepage a compris certainement celà ces derniers jours, elle a nommé dans son comité scientifique Yves Lenoir qui est connu pour ses livres et
publications de climatoseptique. (sur Terre-Démocrate : En guerre contre la vulgate de l'effet de serre et du changement
climatique, Yves Lenoir est un écologiste engagé). Sauf que les conclusions d'Yves Lenoir oublient de voir les dernières données concernant la calotte glacière qui se reforme
actuellement... mais politiquement il ne faut pas le dire, car on passe pour ami de Allègre, ce qui n'est pas le cas. Celà devient une rigolade ce qu'on peut dire et ne pas dire... je me sens
libre heureusement.

La vérité, en écologie il faut de la vérité. Les mensonges d'un côté comme de l'autre feront que les gens, à nouveau, comme en 95, ne verront plus l'utilité de
faire attention à notre environnement.

Alors, protégeons notre planète sans spéculer sur le climat. Tu vois, c'est ça mon message Philippe.
 
un autre lien que m'a passé un ami, je vais en faire un article mais avec le texte original qui est encore en travail... et qui comporte plus de 100 pages. Je prendrais celui qui est en
français.
http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703574604574500580285679074.html?mod=googlenews_wsj
Bises
Dany


Hacène 03/11/2009 23:26


Sans parler du climat, Dany, oui, certains scientifiques acceptent d'orienter leurs résultats. Et même pire. L'industrie pharmaceutique paie des "nègres littéraires" pour écrire des articles clef
en main, qui seront à peine retouchés par ceux qui accepteront d'y mettre leur nom (avec un petit pécule ?). Il paraît que dans le domaine de la santé, c'est très courant, une grosse partie de la
littérature "scientifique" de ce domaine est écrite et publiée comme cela.
Pour le climat, c'est différent cependant...


Fanal Safran 04/11/2009 01:44


Pour l'industrie pharma, mince alors ! 
De l'éthique... il en manque partout.  Ras le bol d'être manipulés.