José Cando, clarinétiste de Charente-Maritime

Publié le 16 Octobre 2009



Nous apprenons avec tristesse que José Cando, alias Pierre Audouit, est décédé ce vendredi matin, à l'âge de 82 ans;
Ses obsèques seront célébrées lundi, à 16 heures, en l'église de Fouras.


José Cando et le New Rochelle Jazz band, août 2007 off du festival Rochefort.




 Il avait  côtoyé des monstres sacrés comme Sydney Bechet et Claude Luther et savait faire revivre ces moments de grand jazz.





Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #Charente-Maritime

Repost 0
Commenter cet article

FRANIE 29/06/2010 01:30



Je viens seulement d'apprendre que Pierrot nous a quitté, j'étais dans l'Orchestre José Cando de 79 à 81. Toutes mes condoléances vers sa famille et ses nombreux Amis.



Fanal Safran 30/06/2010 09:55



Oui, j'en avais donné la nouvelle sur Fanal. Il nous manque à tous.



Elvy 18/10/2009 07:53


 BONJOUR DANY !!! oh!!! la la , çà me rappelle des souvenirs ce nom là .J'avais oublié que j'avaius dansé valsé au son de son grand orchestre dans les bals des environs .Quand on savait que
c'était lui qui se produisait la foule accourait pour virevolter au son de sa bonne musique .Il va faire danser les anges maintenant .Paix à son âme .BISES .ELVY


Fanal Safran 18/10/2009 11:50


Il était aimé de toute la région.
As-tu lu le bel hommage dans les commentaires de Bernard Maingot ?
Bises Elvy
Dany


Bernard Maingot 17/10/2009 18:15





C’est une nouvelle qui m’a beaucoup attristé ce matin en ouvrant Sud Ouest…


Je suis né à trois km de Cram-Chaban, le pays de Pierrot (Pierre Audouit, dit José
Cando) où je suis allé  à l’école dans ce village, faire des bâtons sur mon ardoise, bien avant de découvrir que le solfège ou la  clarinette existaient…


Un jour, au cours d’une fête à Cram-Chaban, il avait dit, à propos de l’instrument
que j’avais bêtement prêté à qui voulait souffler dedans au cours d’une nuit bien avancée (les esprits étaient moins clairs que le ciel) et qu’il avait ensuite essayé l’embout et la
clarinette : « t’as un bon bec, p’tit ! Surtout conserve-le bien et garde-le toujours. » Ah ?


J’ai toujours repensé à cette phrase de celui qui animait nos sorties du dimanche
« aux quatre routes de Benon », quand il assurait des bals sous tivoli avec toute son équipe, que l’entrée coûtait (je crois) cinq francs ( ?)  et l’orangina beaucoup moins (un franc ?), que les filles portaient des robes vichy à carreaux roses. Souvenirs de rock à la clarinette, au saxo et à la
batterie, de tango au bandonéon et souvenirs de jeunesse tout court… On savait s’amuser en musique, même si des bandes, de Niort ou de La Rochelle, venaient se frictionner les maxillaires en
terrain neutre, à mi-chemin de ces deux villes.


Puis je suis allé à Paris, et j’ai fréquenté Le Caveau de la Huchette, là où il y
avait de la clarinette. Claude Luter, Maxim Saury, Barbara, que de noms créateurs d’émotion. C’était aussi l’époque de Lény Escudéro, de Jacques Martin en première partie de Brel à l’Olympia, des
débuts de Patrick Préjean avant le théâtre, de Patricia Carli, de Richard Anthony, d’Annie Cordy, d’Alain Barrière, de Sacha Distel, d’Adriano Celentano, de…de… Ils étaient nombreux qui sont
parfois oubliés maintenant. J’ai souvenir de Brassens qui passait à Bobino et – si j’ai bonne mémoire -  avoir eu les larmes aux yeux comme tout le
monde dans la file d’attente pour rentrer, car on venait de nous annoncer l’attentat contre J F Kennedy (23.11.63). Si je ne confonds pas avec un autre spectacle….


J’ai revu mon Pierrot en revenant en 1974 dans la région. Toujours pareil dans sa
façon de pincer les lèvres et de gonfler les joues pour distiller ses notes à de fervents admirateurs.


Si mi la ré sol do fa, la gamme des dièses n’est plus pour lui. Fa do sol ré la mi
si, cela rajoute un bémol dans la gamme du même nom et fait une tache blanche sur la photo des musiciens que nous étions heureux de côtoyer.


J’ai – vraiment – de la peine en réalisant qu’il n’est plus parmi nous. Adieu Pierrot et merci d’avoir enchanté ma jeunesse.


Bernard Maingot



http://angely.over-blog.com



Fanal Safran 17/10/2009 18:42


Merciç Bernard, il n'y avait pas mieux que toi pour lui rendre cet hommage.
Danielle


xaba17 16/10/2009 19:50


Bonsoir Dany,
Je ne le connaissais pas. J'ai vu qu'il était enterré à Fouras donc je pense qu'il doit être de là-bas, tout prés de chez moi. Quand la mort est là, ce n'est pas toujours facile de trouver les mots
mais je pense qu'il serait bien de faire un article en hommage, Lundi, au moment de ces funérailles pour le faire vivre encore parmi nous encore et toujours à travers sa musique afin de ne pas
l'oublier.

Bonne soirée, bizzz 


Fanal Safran 16/10/2009 20:35


Les gens du coin l'aimaient bien.