Bacôve de Saint-Omer baptisé au sel de Ré

Publié le 23 Août 2010

Ce Bacôve a été inauguré le 21 juillet dans le cadre du port au Lait-Battu à Saint-Omer. Article de presse à lire ici

 

DSCN6206

 

 

 

Elisabeth Delorme a été invitée à le baptiser ce qu'elle a fait avec du sel de l'Île de Ré.

 

Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #Marais

Repost 0
Commenter cet article

cão 24/08/2010 18:26



Les plates des parcs ostréicoles de Le Verdon, à l'époque dont je te parle, n'avaient pas de moteurs ... Pays trop pauvre !


 



Fanal Safran 25/08/2010 04:44



Ostréiculteur, c'est déjà un métier avec de nombreuses particuliarités difficiles à exercer pour ceux qui ne sont pas nés dans le métier, alors j'imagine, à cette époque, l'hiver, les
déplacements à la pigouille. Il leur fallait encore plus être en phase avec les marées et la météo. Maintenant ils travaillent souvent de nuit en plus des marées du jour. Dur, vraiment.


 



jluc 23/08/2010 20:49



Oh fan !  j'ai rien compris a cet article ! bon d'accord je suis marseillais ça explique tout .


alors je suis allé sur le lien de l'article de presse, j'ai pigé ! (ça doit etre ecrit par un Parisien ,  le parisien je comprends la langue )


Maintenant je sais qu'un (e) bacôve c'est un bateau, une plate aussi et une pigouille, je devine ! et que comme pour les pointus c'est mieux en bois !


marseillais, mais bon je me soigne !


gros rire et des bisous pleins d'humour !


jean luc



Fanal Safran 23/08/2010 21:12



Salut Jean-Luc


Une pigouille, c'est un long baton avec une griffe au bout pour faire avancer un bateau( une plate) dans le marais poitevin.


J'ai connu des pointus en Corse, et c'est un bateau superbe et qui tient bien la mer même par mistral.


Bises et merci pour ce petit mot plein de gentillesse et de joie de vivre.


Dany



cão 23/08/2010 19:32



 


Ma mère était une fille des îles, Saint-Trojan-les-bains, aussi pigouille, pigouiller, plate, ce sont des mots de mon enfance ...


Ensuite, la plate, permettait d'aller sur les parcs à huîtres de l'estuaire du bas-Médoc ...






Fanal Safran 23/08/2010 21:01



D'où les belles photos du phare de Cordouan, de la pointe de Grave et donc aussi tu dois bien situer le marais d'Yves dont je te parlais et qui se trouve entre Châtélaillon et Fouras.


Les plates à moteur des ostréiculteurs, bien sur et les plates du marais poitevin qui servaient à déposer les vaches d'une île du marais à l'autre en suivant les conches. Moi aussi c'est ma mère
qui était de ce pays (elle nous a quittée en mars cette année). Papa Chti et sa famille est de cette bande qui va de Liège - Lille en passant par la Somme et le Pas de Calais. J'ai des souvenirs
de Oyes plage aussi et de la baie de Somme.


Belle soirée à toi


Dany



cão 23/08/2010 17:48



Belle allure cette plate !


Mais, pourquoi au sel de Ré ???!!!






Fanal Safran 23/08/2010 18:25



c'est amusant les échanges de culture. Tu dis "plate" comme on le fait dans le marais poitevin et ceux de Charente-Maritime. Et on pousse le bateau avec une pigouille. Mais nous avons ici le
bateau qui servait à transporter les légumes et surtout les choux-fleurs du côté des marais odomarois. C'est une barque qui était sans gouvernail dit-on.


Pourquoi du sel de Ré ? C'est que Elisabeth, qui a été choisi comme marraine, est d'une famille de plusieurs générations de Charente-Maritime et le sel a toujours été un symbole fort. C'est beau
je trouve les échanges entre maraichins. C'est comme les montagnards, ce sont des gens "vrais".