En lisant le blog de Frédéric

Publié le 18 Septembre 2009


Oui, j'aime rencontrer les auteurs des livres que je vais lire.

Ce matin je faisais le tour des blogs démocrates et je lis l'article de Frédéric Kelder, blog Ataraxophère ;
Tag  Lire - what else ?

Rencontrer ou non l’auteur du livre ?


Souvenirs : salon du livre porte de Versailles, à une heure où il n'y a plus grand monde; Devant ses livres Jean François Deniau, toujours là, courbé par la maladie, mais là.

On a bavardé quelques minutes, l'Afrique... bien sur. Je n'ai jamais vraiment su si tout ce qu'il nous racontait (c'était un conteur né )  était toujours vrai où si .... Et je lui ai dit " Tout est vrai ? " Il a eu un sourire coquin  cet homme aux 7 vies, et m'a quand même répondu : "je souffre trop pour mentir, mais pas pour rêver" .


Dédicace de son livre ce jour là


Sa vie à partir de 1982   (sur son blog ):



Journaliste, grand reporter, député européen.
Il crée à Strasbourg le prix «Sakharov pour la liberté de l'esprit».Il se consacre au combat des Droits de l'Homme et aux peuples victimes de dictature ou d'occupation étrangère, (Erythrée, Cambodge, Afghanistan, Kurdistan, Somalie, Ex-Yougoslavie, Liban, boat-people en Chine...) ainsi qu'à la libération d'otages et de prisonniers politiques (Afrique du Sud, Espagne, Liban, URSS, Inde, Roumanie, Sarajevo).


Deux phrases de Jean-François Deniau:

- Les hommes font l'histoire, mais ne savent pas l'histoire qu'ils font.

- Il n'y a pas de statistiques de l'horreur humaine



Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #Humanistes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hacène 21/09/2009 16:02

J'aime bien ces deux citations.À propos de Deniau, as-tu lu L'Île Madame ? Moi pas.

Fanal Safran 22/09/2009 04:25


Je vais le chercher dès demain... enfin aujourd'hui il est déjà 04h00 ! Je garde ses livres, j'aimais bien le bonhomme. Il était plus conteur qu'historien., même raconteur car il était bavard de
nature. Heureusement on était assis tous les deux quand on s'est lancé à parler de l'Afrique