Energies renouvelables: le siège de l'Irena à Abou Dhabi

Publié le 30 Juin 2009



                    Je vous poste l'article de Jeune-Afrique en entier :

 

30/06/2009 12:19:31 – AFP Jeune Afrique



Le siège de l'Irena, la première organisation mondiale dédiée aux énergies renouvelables, sera situé à Abou Dhabi, aux Emirats Arabes Unis. C'est la française Hélène Pelosse qui dirigera cet Institut, voué à faire prévaloir les nouvelles énergies sur les énergies fossiles

 

La réunion qui s'est tenue lundi à Charm-el-Cheikh a posé les premiers jalons de la mission internationale de l'Irena, l'Institut international pour les énergies renouvelables. En présence des représentants de 129 pays, la capitale des Emirats arabes unis, Abou Dhabi, a été choisie pour accueillir le siège de l'organisation, selon l'agence officielle Mena.

 

La candidature d'Abou Dhabi, qui partait avec un handicap car l'émirat est considéré comme ayant la plus grande empreinte carbone par habitant dans le monde selon le World Wildelife Fund, était soutenue par la France. Bonn et Vienne étaient aussi candidates mais avaient retiré leur candidature à la dernière minute, laissant Abou Dhabi seul en lice, selon des participants.

 

Une française directrice générale

 

Avant le vote, plusieurs pays, dont les Etats-Unis, l'Australie et le Japon, ont signé le traité fondateur de cette première organisation internationale consacrée aux énergies renouvelables quelques heures avant le début de la réunion, qui devait décider du siège et du directeur de l'Irena.

Et c'est la Française Hélène Pelosse a été élue directrice générale de l'Institut international, après une rude concurrence entre les quatre candidats de la France, de la Grèce, de l'Espagne et du Danemark, a rapporté la Mena.

 

Hélène Pelosse, 39 ans, était jusqu'ici directrice-adjointe du cabinet du ministre français du développement durable, de l'énergie et du climat Jean-Louis Borloo, dont elle était également la conseillère diplomatique sur les négociations internationales en faveur du climat.

Auparavant, elle avait notamment été détachée par la France auprès de la chancelière allemande Angela Merkel lors de la présidence allemande de l'Union européenne.

 

L'Institut, dont la création vise à aider à la lutte contre le réchauffement climatique, aura pour but de conseiller les gouvernements sur toute la gamme des questions techniques et financières, et d'appuyer les technologies nouvelles dans les pays en voie de développement


Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #énergies

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article