Le MoDem doit dire NON aux stats ethniques

Publié le 7 Mars 2009

 

  Ne pas différencier les citoyens en fonction de critères raciaux 

   Yazid Sabeg, a annoncé qu’ il proposera bientôt à Nicolas Sarkozy de soumettre au Parlement un projet de loi visant à « rendre licite la mesure de la diversité ». 

Le but  ? Avoir la possibilité, dans les enquêtes et autres études portant sur les Français, de prendre en compte leur origine ethnique.


La loi en France interdit de différencier les citoyens en fonction de critères religieux ou raciaux.


Le discours courant, qui tend à réduire l’identité à un simple masque cachant des ethnies, nie toute liberté individuelle. Une personne, légitimement, revendique plusieurs appartenances, celle du père, celle de la mère, du grand-père… du lieu géographique de naissance.  Chaque individu sera condamné à une tension permanente dès lors qu’il sera astreint à articuler son besoin de citoyenneté à son identification ethnique.

Dans notre pays le besoin d’équité sociale est fortement ressenti.


Même si on peut comprendre qu’il ait pris à cœur la défense des minorités, l’option ethnicisante n’est certainement pas la plus pertinente puisque l’amélioration des conditions de vie est assurément d’une tout autre nature.

La notion d’ethnie va cancériser les décisions qui s’en inspireront, avec des quotas "officiellement" établis.

Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #démocrates

Repost 0
Commenter cet article

Fanal Safran 14/03/2009 16:43

En faire un "Instrument pour plus de justice siciale"... il faut déjà pouvoir décliner son origine, comment vont-ils s'y prendre pour faire ce "fichier", car n'en doutons pas, ce sera fiché. Les expériences que j'en ai c'est en Afrique, ou la distinction entre une éthnie et une autre pour l'entrée dans des établissements scolaires ou pour un travail est humiliant. Se dire qu'on a été choisi parcequ'il manquait de "mon éthnie" pour un poste et non pour ma valeur. . Essayez donc de mettre sur un CV que vous êtes moitié Charentais , moitié Ewondo... Mettez donc plutôt que vous êtes Français . /Bientôt cela peut aller jusqu'à devoir signaler sa religion (comme au Lyban, c'est une notion marquée sur l'identité), cela peut aller loin ensuite.

yl74 14/03/2009 13:02

Bien sûr à première vue, les statistiquess ethniques ne sont guère compatibles avec l'esprit républicain.Cependant, ne peut-on réfléchir à la possibilité de mettre en évidence à l'aide de ces statistiques des injustices flagrantes (mais non assumées par notre pays) vis à vis de certains groupes ethniques (dont la définition il est vrai reste toujours discutable).Autrement dit, n'est il pas concevable d'en faire un instrument de travail pour plus de justice sociale ? 

Fanal Safran 09/03/2009 15:04

L'utilisation de la province de naissance ne peut être pertinente que si elle s'opère dans le cadre d'une logique où prime l'intérêt de la personne.  alors que je me demande à quoi va bien servir le fichier ainsi établi. Et ce n'est pas la France, tout cela !

@vesnophis 09/03/2009 13:48

Cela fait plaisir de voir que certain dont toi cher Fanal, tu reste vigie d'une certaine idée de l'homme. Je t'invite à lire ce que j'écrivais il ya qq jour sur mon autre bloghttp://orangeacide.hautetfort.comsur le tanagra Diversité.Je m'insurge contre l'ethnicisme d'Etat. Non seulement imbécile, mais qui porte en germe les grosses difficultés de demain.A force de pousser les Français et les personnes vivant dans l'Hexagone à se penser en terme de taux de mélanine ou de communauté, viendra bientôt le jour où ils se arpprocheront de leur diqspora au sein de l'Union. Je donne alors peu du rayonneemnt de la France garanti par notre Premier Ministre à l'occasion de la future discussion sur l'OTAN

Fanal Safran 08/03/2009 15:39

 Tu as raison Exilée, et tu as bien compris l'urgence de cet article. Il faudra donc que chacun désigne son "originaire". Et ceci au sens géographique (celui qui vient de quelque part) et au sens familial (celui qui vient de quelqu'un ). Et utilisé à des fins socio-politiques...  transmissible d'une génération à l'autre.