L'humanisme démocratique

Publié le 9 Février 2009

Extrait du discours de François Bayrou 

L'humanisme démocratique et l'Europe aux Européens

La promesse de l'Europe ne se ramène pas à la concurrence, à la consommation, à l'économie, aux marchandises et au profit comme, trop souvent, on l'a cru depuis des décennies. La promesse de l'Europe, c'est une promesse de valeurs et de civilisation

Le monde aujourd'hui s'est abandonné à la loi du profit. Le capitalisme l'a imposé en imposant sa loi. Face au capitalisme et à la seule loi du profit, le monde, particulièrement l'Europe et spécialement la France attend qu'on lui propose une nouvelle économie, l'économie de l'humanisme, non pas une économie pensée en fonction de la seule loi du profit des détenteurs du capital, mais une économie pensée en fonction du développement humain, des services publics, de l'intérêt général, de l'étude, de la science, de la recherche, de la santé, de la famille, des enfants et des vieillards.
Capitalisme, c'est la loi du capital et donc la loi du profit. Humanisme, c'est la loi qui pense aux valeurs humaines et il n'est pas vrai que le capitalisme n'ait jamais été un humanisme.

L'humanisme, c'est prendre au sérieux l'égalité des chances et des droits et la loi qui oblige à tenir la balance égale entre le faible et le fort.

Maintenant, il faut penser la confrontation non pas entre deux modèles, mais entre trois modèles. Entre les deux qui ont prouvé leurs limites et leurs échecs, capitalisme et socialisme, et celui qui doit naître que j'appelle l'humanisme démocratique

L'humanisme démocratique se construit par adaptation et non pas par révolution. Il est réformiste par nature, parce qu'il progresse avec les acteurs, les femmes, les hommes, les communautés et non pas contre eux par contraintes et violence.

L'humanisme démocratique se construit sur l'association des hommes, voilà pourquoi nous sommes si attachés à la réflexion sur le tiers secteur. Nous sommes attachés à la coopération, au mutualisme, à ces autres formes de créativité économique qui ne sont pas d'asservissement, qui sont, au contraire, d'association des volontés.

Maintenant, nous exigeons que le but de l'Europe ce soit les Européens, leurs vies et leurs chances

Cela veut dire quelque chose d'extrêmement simple, mais très lourd de conséquence. Cela veut dire qu'en Europe la démocratie reprend ses droits. Cela veut dire que les choix de l'Europe ne seront plus décidés dans le secret des conciliabules, entre Messieurs Sarkozy, Barroso et quelques autres excellences, quelques uns, pas tous puisque désormais, j'ai cru comprendre qu'il y avait en Europe des dirigeants de première et de seconde zones. Cela veut dire notre choix : la démocratie reprend ses droits en Europe, que les choix de l'Europe reviennent en dernier ressort aux citoyens européens.

   

Rédigé par Fanal Safran

Publié dans #Europe

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fanal Safran 09/02/2009 17:09

L'humanisme, l'espace politique du Mouvement Démocrate.